Marthe Nicole : Lutter contre le chômage à travers l’auto emploi

Marthe Nicole Houndeve est une électrotechnicienne de formation. Aujourd’hui, elle est chef d’entreprise de « Nicoma Multi services » depuis 2013. La lutte contre le chômage et l’auto-emploi est son combat au Bénin et en Afrique. Elle s’est prêtée aux questions de Burkina 24. Dans l’entretien qui suit, elle partage son expérience. Elle présente également l’activité qu’elle mène depuis cinq ans.

Burkina 24 (B24) : Quelle est votre passion pour la formation ?

Marthe Nicole Houndeve (MNH) : Tout d’abord, je dirai que nous faisons de longues études pour  ensuite se rendre compte qu’on pouvait mettre du temps à profit pour d’autres creusets qui vont sans doute apporter un plus pour l’avenir.

C’est ce qui qui nous a conduit à proposer des formations dans plusieurs secteurs d’activités, surtout manuelles, afin de permettre à chacun de jumeler une activité pratique à  son bagage intellectuel. C’est donc un grand plaisir et une satisfaction de savoir que chaque citoyen détient une activité qui lui permettra de s’en sortir après des études académiques.

B24 : Comment se porte le marché de l’emploi au Bénin ?

MNH : Au Bénin, je dirai qu’auparavant pour la plupart du temps, les regards sont fixés vers l’Etat après l’obtention des diplômes académiques afin de s’offrir un emploi. Mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Les jeunes diplômés et même des personnes en fonction privée ou publique courent vers d’autres secteurs surtout pour acquérir d’autres connaissances pratiques.

B24 : Quelles sont vos spécialités de vos formations ?

MNH : Dans le souci de lutter contre le chômage et d’accompagner chaque citoyen à s’auto-employer pour mieux se développer Nicoma Multi services offre des formations 100% pratiques dans plusieurs secteurs. Ce sont des formations de courtes durées.

Séance de formation

Nos ateliers de formation prennent en compte divers domaines. Il s’agit, entre autres, de la perlerie, la décoration, la pâtisserie, la cosmétologie, la transformation des produits agroalimentaires locaux, l’énergie solaire photovoltaïques, électricité, etc.

B24 : Quels sont les coûts de vos prestations?

MNH : Nos tarifs varient selon chaque atelier mis en place. Il existe des ateliers de formation grand public avec des bourses de formation afin de donner l’accès à un grand effectif d’y accéder avec une participation forfaitaire de 5 000 FCFA par atelier ou module.

Egalement, des perfectionnements se font pour des personnes concernées et désireuses à  des tarifs très acceptables.

B24 : Qu’est-ce qui distingue votre centre de formation des autres ?

MNH : Je ne parlerai pas de distinction. Mais, je dirai tout simplement que nous avons un objectif à atteindre, qui est d’offrir une activité à chaque citoyen et dont ces ateliers sont purement pratiques. Chaque initiative mise en place est une expérience pour mieux prévoir d’autres plans à l’avenir. L’entreprise comporte deux employés et une équipe de formateurs en fonction du besoin en formation.

Séance de formation

Avec nos formations, des jeunes ont pu mettre en place des micros entreprises au Benin et au Burkina Faso. Il faut noter que nous avons organisé une séance de formation du 7 au 17 août 2018 en partenariat avec NDE entreprise à Ouaga 2000 au Burkina Faso.

B24 : Qui sont en général vos clients ?

MNH : Toutes les cibles peuvent participer à nos ateliers de formation : enfants, jeunes, personnes âgées, travailleurs, etc.

B24 : Quelles sont vos perspectives pour l’avenir ?

MNH : Notre vision est d’étendre ces ateliers à une grande échelle afin de développer non seulement notre cher pays mais aussi toute l’Afrique.

Propos recueillis par Jules César KABORE

Lesaffairesbf

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR