Atelier de formation sur la modernisation et de la sécurisation des titres de transports

Sécurisation des titres de transport : Des journalistes outillés

356 total views, 3 views today

Le Directeur de Cabinet du ministre en charge du transport, Emmanuel Kuela, représentant le ministre, l’a révélé. Le projet de modernisation et de sécurisation des titres de transports et de ré-immatriculations des véhicules automobiles vise à « produire des titres de transport sécurisés selon les standards internationaux et en format cartes ID et procéder à la ré-immatriculation du parc du véhicule ».

A l’écouter, les titres des transports biométriques ont but également de lutter contre la fraude, la contrefaçon, la falsification des cartes grises et des permis de conduire, d’assurer une sécurité publique en permettant d’identifier en temps réel les véhicules et les auteurs des infractions  routières et des délits divers.

Lire aussi 👉Sécurisation des titres de transport : Le président du Faso sur le site de production

La mise en œuvre du projet fait l’objet d’un contrat de Partenariat Public-Privé signé avec la société française Oberthur Technologies pour une durée de cinq ans à compter du 16 janvier 2017, date d’émission de l’ordre de service de commencer les travaux. Le remplacement des anciens titres devra être bouclé dans un délai de trois ans.

Atelier de formation sur la modernisation et de la sécurisation des titres de transports

Atelier de formation sur la modernisation et de la sécurisation des titres de transports

Au moment où le projet entre dans sa phrase d’ouverture au grand public, il parait judicieux d’outiller les journalistes sur les informations nécessaires pour informer et éclairer la population sur les réformes entreprises et les formalités à accomplir pour l’obtention des nouveaux titres sécurisés. C’est dans ce contexte que le ministère des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière a initié le présent atelier de formation à l’attention d’une trentaine de journalistes, ce 25 septembre 2018.  A cet effet, deux modules ont été dispensés sur les reformes relatives aux titres de transport et la présentation du projet et l’état de sa mise en œuvre.

Jean Claude Zongo, Coordonnateur du projet, a laissé entendre que le Burkina Faso compte changer les cartes grises, les permis de conduire et les plaques d’immatriculation. Ainsi, les titres de transports porteront des QR codes. Au 31 août 2018,  18 229 permis de conduire ont été produits sur tout le territoire national. L’opération d’émission des cartes grises et des plaques d’immatriculions n’est pas encore lancée.

Les conditions pour l’obtention du permis de conduire biométrique

Les détenteurs des anciens permis de conduire délivrés à partir de 1995, mais n’ayant fait l’objet d’un remplacement, d’un duplicata ou d’une extension après 1995, doivent débourser la somme de 6 000 F CFA pour procéder au remplacement. Par contre,  ceux délivrés à la même période et ayant fait l’objet d’un duplicata ou un changement après 1995 doivent payer la somme de 17 000 F CFA.

Pour tous les détenteurs du permis de conduire délivrés avant 1995 et n’ayant jamais fait l’objet depuis la délivrance d’un remplacement, le coût de la prestation revient  14 000 F CFA. A l’opposé, c’est-à-dire les détenteurs du permis de conduire délivrés avant 1995 et ayant fait l’objet du duplicata doivent débourser la somme de 25 000 F CFA

La composition du dossier :

-Paiement du prix de la prestation

-Le remplissage du formulaire d’enrôlement délivré gratuitement

-Un extrait d’acte de naissance

-Une copie de la CNIB

-Un certificat médical délivré par l’office de santé des travailleurs

-L’original du permis de conduire

-Un certificat d’authenticité du permis de conduire délivré gratuitement à la DGTTM

-Un timbre fiscal de 200 F CFA

Jules César KABORE

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR