Parcelles vides à la ZACA : Un ultimatum d’un mois lancé

Le Secrétaire général du Ministère de l’urbanisme et de l’habitat, Léon Paul Toé, a rendu public  un communiqué invitant les propriétaires des parcelles vides dans la Zone d’Activités Commerciales et Administratives (ZACA) à tenir leur engagement pour le respect strict des dispositions du cahier des charges, notamment en ce qui concerne les délais de mise en valeur et l’état de propreté de la parcelle auxquels ils sont astreints.

Lire également : Communiqué à l’endroit des propriétaires des parcelles vides dans la Zone d’Activités Commerciales et Administratives (ZACA)

Léon Paul Toé a rappelé que la zone a été déclarée d’utilité publique depuis 2000 et les populations qui y vivaient ont été délocalisées. Le gouvernement avait pris la décision pour un aménagement spécifique et de donner un nouveau visage au centre-ville Ouagadougou.

Réaménager le réseau de voies car l’ancien quartier disposait des voies qui n’étaient pas adaptées à la mobilité urbaine, soigner l’image de Ouagadougou, présenter des opportunités pour le développement des activités commerciales et administratives avec un aménagement durable avec des espaces de stationnements et l’occupation de l’espace, tels étaient, entre autres, les objectifs poursuivis à l’époque.

C’est ainsi qu’un appel à souscription avait été lancé avec pour délai de paiement le 30 juin 2013 et cinq (5) ans pour la mise en valeur de la parcelle. Du 30 juin 2013 en août 2018, cette zone a été transformée en dépotoir d’ordures avec une estimation de mise en valeur de 25%.

Zone d’Activités Commerciales et Administratives (ZACA)

Le Secrétaire général du Ministère de l’urbanisme et de l’habitat a précisé ce vendredi 24 août 2018, lors d’un point de presse à Ouagadougou, que le non-respect des obligations prévues dans le cahier des charges, par les souscripteurs, sera sanctionné conformément aux dispositions des textes en vigueur.

A cet effet, il sera procédé au retrait des parcelles au profit d’autres demandeurs et ce, à compter de fin septembre. Léon Paul Toé a précisé que de nouveaux investisseurs sont à la recherche  du foncier. « Pour être en phase avec les ambitions du pays, il est important que la zone ZACA entre dans une nouvelle dynamique», a-t-il déclaré.

Jules César KABORE

lesaffairesbf

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR

PUBLICITE