Construction et entretien des routes au Burkina : Des banques injectent 100 milliards de FCFA

Construction et entretien des routes au Burkina : Des banques injectent 100 milliards de FCFA

Le programme d’entretien routier (PER) dont le financement est assuré par le fonds spécial d’entretien routier du Burkina (FSR-B) est destiné à la construction et l’entretien des voies au Burkina Faso. Ce mardi 5 juin 2018 à Ouagadougou, un consortium de six banques a signé une convention de financement de la première tranche au profit du programme d’entretien routier.

La BICIAB, Ecobank, SG-BF, BOA, participent dans cette opération pour un montant de 20 milliards chacune et la BSIC et CBAO interviennent avec 10 milliards chacune.

La cérémonie de signature de convention pour le financement du programme d’entretien routier

Le représentant du pool bancaire du fonds spécial routier du Burkina, Cheikh Travaly, a fait savoir que cette signature était un événement historique parce qu’il augure d’une nouvelle étape dans le partenariat entre les établissements financiers et l’Etat Burkinabè.

Franck Tapsoba, le Président du conseil d’administration du FSR-B

Il a rappelé que c’était un engagement porté par le système bancaire national lors de la conférence des partenaires, pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES), tenue à Paris en décembre 2016. La signature de ce jour marque la concrétisation de l’engagement avec la mise à la disposition des 100 milliards de F CFA pour accompagner le gouvernement burkinabè.

Le Président du Conseil d’administration du FSR-B, Franck Tapsoba, a expliqué que plus de 60% du réseau routier national est dégradé. Il a clamé que 70% du fonds sera utilisé pour la construction des ouvrages et le bitumage de 374 kilomètres de route réparti sur cinq tronçons et 30% pour les travaux d’entretien.

A l’écouter, la convention pour le crédit porte sur un taux d’intérêt 6,75%  payable sur un délai de 7 ans et demi. Le remboursement sera assuré donc sur les recettes de la taxe des produits pétroliers et la gestion du péage.

Le ministre en charge des infrastructures, Eric Bougouma, a rappelé que les chantiers sont nombreux et les besoins étant immenses. Il a précisé que sur une période de 2017-2023, c’était un besoin de plus de 440 milliards de F CFA pour financer le programme d’entretien routier.

Jules César KABORE

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR