Economie au Burkina : 5 faits marquants de l’année 2017

211 total views, 4 views today

L’actualité économique au Burkina Faso en 2017 a été émaillée par les multiples grèves dans les domaines sensibles : le transport, le trésor, les impôts. L’année a apporté également des innovations dans le milieu des affaires surtout avec la facture normalisée et le nouveau code des impôts. De façon subjective, lesaffairesbf a recensé 5 faits marquants l’actualité économique en 2017 au Burkina Faso.

L’introduction de la facture normalisée dans les affaires au Burkina Faso

 La direction générale des impôts a lancé officiellement la facture normalisée le 21 février 2017. Il s’agit d’un instrument pour lutter contre le faux et la fraude dans l’économie au Burkina Faso.

La facture normalisée est une facture sécurisée par l’apposition d’un sticker qui permet à l’administration fiscale d’authentifier et de répertorier l’ensemble des factures en circulation au Burkina Faso. La facture normalisée est également un outil de modernisation de l’économie burkinabè et de sécurisation des transactions commerciales.

L’augmentation du prix du pain ou le changement du poids

C’était le 1er mars 2017, que le prix et le poids de la baguette de pain ont connu une hausse au Burkina Faso par la Fédération burkinabè des patrons de pâtisseries, de boulangeries et de confiseries et l’Union des patrons de boulangeries du Faso. Ainsi, le prix de la  baguette de pain de 180 grammes 130 F CFA est passé à 200 grammes à 150 F  CFA.

Lancement du programme d’urgence de développement et la sécurisation du Sahel avec plus de 455 milliards de FCFA

Le  programme d’urgence pour le Sahel (PUS-BF)  a été lancé  dans la province du Soum, le 3 août 2017 dans la commune rurale de Tongomayel, dans l’objectif de contribuer à l’amélioration de la sécurisation des personnes et des biens dans le Sahel. Étalée sur la période 2017-2020, il vise également à améliorer l’accès aux services sociaux de base et la résilience des populations.

La zone d’intervention retenue du programme est la région du Sahel étendue à quatre communes frontalières avec un coût global estimé à 455,32 milliards de F CFA, soit plus de 88 milliards de F CFA pour 2017 et plus de 336 milliards de F CFA pour 2018-2020.

Remise officielle des chèques dans le cadre de l’autonomisation des jeunes et des femmes

L’Etat Burkinabè a organisé la cérémonie de remise des chèques aux promoteurs de micro projets ayant postulé au financement dans le cadre du Programme d’autonomisation économique des jeunes et des femmes (PAE/JF), le 19 septembre 2017. 

Le Programme d’autonomisation économique des jeunes et des femmes (PAE/JF) a un coût global estimé à 16, 5 milliards de F CFA, soit en moyenne 5,5 milliards de F CFA par an et financé par le budget de l’Etat sur une période de 3 ans. 

Les montants vont de 100 000 à 1,5 million de F CFA avec des taux d’intérêt applicables de 0% pour les personnes vivant avec un handicap, 1% pour les femmes et 2% pour les jeunes titulaires de diplômes post baccalauréat. La durée du prêt est de 36 mois. Pour l’année 2017, c’est finalement 13 471 dossiers qui ont été retenus pour le financement. 

Une grève de chauffeurs routiers paralyse le pays

Les chauffeurs routiers, suite à un incident le 1er août 2017 (des chauffeurs bastonnés par des forces de sécurité à Tenkodogo), ont déclenché une grève le 4 août 2017 qui sera levée le 5 août. Mais quelques jours plus tard, les intéressés vont entrer dans une colère suite aux propos tenus par le ministre de la sécurité Simon Compaoré et déclencher une deuxième grève illimitée le 9 août 2017.

Ils seront finalement reçus par le Chef de l’Etat lui-même le 11 août 2017 dont les assurances ont réussi à  désamorcer la paralysie qui avait immobilisé de nombreux compartiments de l’économie burkinabè.

 Rassemblés par Jules César KABORE

lesaffairesbf 

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR