Initiative sectorielle en faveur du coton : Une réunion du 18 au 21 avril 2017 à Cotonou

Le Bénin, le Burkina Faso, le Mali et le Tchad se sont organisés depuis 2003 pour lutter contre les subventions accordées par certains pays à leurs producteurs de coton. Cette situation crée une concurrence déloyale sur le marché international au détriment des pays les moins avancés. Les quatre pays co-auteurs de l’initiative sectorielle en faveur du coton (C4) se réuniront du 18 au 21 avril 2017 à Cotonou au Bénin, selon un communiqué parvenu à Burkina 24.

La 5ème session ordinaire de coordination du coton (C-4) vise à préparer la 11ème conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) prévue en Argentine à Buenos Aires en décembre prochain. L’objectif des quatre pays co-auteurs de l’initiative est de venir à bout de ces soutiens internes, subventions à l’exportation et toutes autres formes de subventions accordées au coton par certains membres de l’OMC.

Les pays du C-4 veulent parvenir à l’élimination totale de toutes les formes de soutiens ayant des effets de distorsion sur le marché du coton, et entendent entraîner les partenaires vers une solution négociée juste à temps avant la conférence ministérielle de Buenos Aires.

A Cotonou, les ministres du C-4 vont également développer des projets nationaux avec l’appui de leurs partenaires. Ainsi, la mise en œuvre du projet régional dénommé “Route du Coton” qui vise à promouvoir l’émergence d’une chaîne de valeur régionale, à partir de la production et de la commercialisation du coton et de ses dérivés comme l’habillement, les textiles, etc.

Selon les initiateurs, c’est un projet qui est appelé à avoir un impact réel sur les populations des pays du C-4, notamment en termes de création d’emplois, de richesses, de lutte contre la pauvreté, de garantie de la sécurité humaine et du développement socio-économique.

Tout cela, dans le but de réaliser une augmentation de la demande locale, régionale et internationale de coton/textile en provenance du C-4 suscitée par la qualité, la variété, la disponibilité et les prix du coton et de ses produits dérivés, des investissements directs en faveur du secteur productif et de celui de l’industrialisation pour favoriser la transformation locale du coton en produits dérivés.

Egalement, un environnement des affaires favorable aux transactions commerciales dans le secteur du coton et une amélioration de la production, de la productivité et de la compétitivité du secteur du coton dans les pays producteurs.

Par ailleurs, les pays du C-4 prévoient l’organisation d’une Foire internationale du coton africain (FICA) en marge de la 5ème réunion de coordination ministérielle de Cotonou. La FICA envisage de mettre en relation les professionnels (cotonculteurs, sociétés cotonnières, stylistes, artisans, négociants, collectionneurs, des chercheurs, etc), les institutions d’appui technique et financier, les consommateurs et l’État, afin de contribuer au développement de la production et de la commercialisation du coton brut africain et de ses produits dérivés.

Aussi, des opportunités d’affaires et la possibilité de conclure des partenariats d’investissements dans la transformation du coton en Afrique et la promotion de l’exportation des produits transformés sur les marchés internationaux.

Synthèse de Jules César KABORE

Lesaffaires.bf

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR