Pain à Ouaga : 150 F CFA à la boulangerie, 200 F CFA chez le consommateur

Ce mercredi 1er mars 2017, le prix du pain est passé de 130 à 150 F CFA la baguette dans les boulangeries du Burkina Faso. Une augmentation qui n’est pas du goût de tout le monde, précisément les acteurs intermédiaires, et qui a déjà des conséquences. 

Les consommateurs ont appris, ce mercredi 1er mars 2017, que le prix du pain a été revu à la hausse. Il passe de 130 à 150 F CFA, soit une augmentation de 20 F CFA la baguette de pain de 200 grammes au Burkina Faso. Cette hausse ne fait pas les affaires des revendeurs et autres acteurs qui utilisent le pain dans leurs activités commerciales. C’est le cas des vendeurs de brochettes. 

Souleymane Kaboré, vendeur de « Pain Bro » dans le quartier Zogona de Ouagadougou, affirme qu’il prend le pain depuis ce 1er mars  à la boulangerie à 150 F CFA. Il est donc obligé de faire des réajustements. « Avec les brochettes,  nous vendons la ½ miche à 200 F CFA avec une brochette ». Le seul avantage, selon lui, de cette nouvelle donne, c’est qu’il n’aura plus de souci de pièce de monnaies ! 

Francis Agolo, également  vendeur de brochettes dans le quartier Kouliba, a un autre souci. L’accessoire n’a pas suivi le principal.  « Les commissions n’ont pas été augmentées, pourtant le prix a connu une hausse », dit-il. Il estime que c’est une perte pour les revendeurs de pains.  « L’augmentation du prix ne nous arrange pas», a-t-il ajouté. Il demande aux autorités de revoir le prix du pain car « ce n’est pas facile pour nous ».

Avec cette hausse, les consommateurs risquent de ne pas payer le pain au prix affiché à la boulangerie. Cela s’explique par la différence de traitement des revendeurs. Les revendeurs de pain affiliés à une boulangerie prennent la baguette de pain à 150 F CFA, mais ont une commission de 25 F CFA par baguette. Les commissions sont reversées pour chaque revendeur à la fin du mois. Ce qui leur permet de vendre le pain au consommateur final au prix normal. 

Il en va autrement pour les revendeurs non affiliés. Ces derniers n’ont pas de commission. Voilà pourquoi dès ce mercredi, certains revendent le pain à 200 F CFA sous prétexte qu’ils prennent le pain à 150 FCFA à la boulangerie et sont obligés de revendre à ce prix pour rentabiliser. Martin Sawadogo, vendeur d’une boutique à Dassasgho, en fait partie.  Il affirme être obligé de vendre la miche à 200 F CFA pour ne pas perdre.

Souleymane Kaboré, vendeur de brochettes dans le quartier Zogona de Ouagadougou

Par ailleurs, certains gérants de boulangerie affirment que les clients ont baissé leurs commandes car ils estiment être surpris par cette nouvelle mesure.

En rappel, selon un communiqué signé le 27 février 2017, la fédération burkinabè des patrons de boulangeries, pâtisseries et confiseries (FBPBPC) et l’Union des fondateurs de boulangeries du Faso (UFBF)  ont annoncé que l’augmentation du prix du pain prendra effet le 1er mars 2017. Ainsi, le prix et le poids de la baguette du pain passent de 180 grammes à 130 F CFA  et de 200 grammes à 150 F CFA dans les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso. Pour les autres localités c’est 190 grammes pour le même prix.

Selon toujours le communiqué, les patrons de boulangeries justifient cette augmentation par la nouvelle convention collective du personnel signée le 10 février 2017 et qui induit une « amélioration conséquente de la rémunération des travailleurs ».

 Jules César KABORE 

lesaffairesbf

 

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR