F CFA : Contestation internationale le 11 février 2017

La mobilisation africaine contre le F CFA ne faiblit pas, bien au contraire. Après le 7 janvier 2017, ce 11 février, un plus large mouvement de contestation se profile avec la participation d’une vingtaine de pays.

Bien que toujours défendu par des économistes et politiques africains ou européens, le F CFA est de plus en plus rejeté par nombre d’Africains. Pour motif, il s’agit d’un héritage colonial, dont la perpétuation ne profite qu’à son initiateur, la France. Le continent noir perd de ce fait toute autonomie monétaire parce que la métropole conserve son droit de regard sur les banques africaines.

Pour ce 11 février prochain, Paris la capitale française sera le centre de la contestation. Il recevra Kemi Seba, l’initiateur, Claudy Siar, journaliste, homme politique et fondateur de la radio Tropiques fm, Nicolas Agbohou, spécialiste du Franc CFA et professeur d’Economie, Pedro Biscay, directeur de la Banque centrale d’Argentine et Alain Toussaint, conseiller senior en communication politique.

Par le système du F CFA, les 8 pays de l’UEMOA et les 6 de la CEMAC et les Comores dépendent de la France car leurs banques centrales déposent 50% de leurs réserves auprès du Trésor public français. En contrepartie, la France garantit la disponibilité des euros pour les économies africaines.

La contestation se déroulera sur les quatre continents : Afrique, Europe, Amérique et  Asie.

En Afrique, ce sera dans les capitales suivantes : Ouagadougou, Dakar, Bamako, Niamey, Cotonou, Abidjan, Brazaville, Yaoudé, Librevile.

Lesaffairesbf

Source : nofi.fr

 

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR