Roch Kaboré : « La lutte contre le terrorisme est un combat de tous les jours et de tous les Burkinabè »

Le Burkina a rendu hommage le 15 janvier 2017 aux 30 victimes des attentats  de l’an dernier. Le Président du Faso Roch Kaboré a saisi l’occasion pour appeler ses concitoyens à faire un front uni contre le terrorisme, le grand banditisme et la criminalité transfrontalière qui hypothèquent les efforts de consolidation démocratique, de la paix et de la lutte pour le développement du pays.

Un an après, la position du Président Roch Kaboré n’a pas changé. Il a une fois de plus condamné avec indignation et fermeté ces actes ignobles dont les auteurs et commanditaires font honte à la civilisation. L’attentat du 15 janvier 2016, a déclaré le Président du Faso, « a été et restera le catalyseur de notre prise de conscience sur la nécessité de prendre toutes les décisions pour sécuriser notre pays et ses concitoyens ».

S’il est présent à la cérémonie d’hommage, dit-il, c’est pour montrer à la face du monde qu’« aucune concession ne doit être faite au terrorisme et aux terroristes ». L’attentat démontre selon lui, jusqu’où peut aller la bêtise humaine. Une bêtise face à laquelle  il dit ne pas être prêt à baisser les bras à un moment où « le peuple burkinabè (est) plus que déterminé à consolider la démocratie ».

Toute chose qui le rend solidaire de tous les peuples qui subissent les assauts des terroristes, car dit-il, une attaque terroriste quelque part dans le monde, est une attaque dirigée contre tous les peuples de la planète. D’où le partage de sa conviction que tous doivent conjuguer leurs efforts à l’échelle planétaire pour lutter contre ce fléau.

A ses compatriotes, le Président du Faso attend beaucoup pour venir à bout de cet ennemi d’un tout autre genre qui s’attaque assez régulièrement à la population dans sa globalité et  aux positions des forces de défenses et de sécurité en particulier. « La lutte contre le terrorisme, le grand banditisme et la criminalité transfrontalière, a dit le chef de l’Etat, est un combat de tous les jours et de tous les Burkinabè sans exclusive ».

Il les a donc appelés « à une plus grande collaboration entre les populations et les forces de défense et de sécurité pour lutter conséquemment contre ces ennemis (car) ce n’est qu’à ce prix que nous viendrons à bout de ces fléaux qui hypothèquent la paix et le développement ».

Il a terminé son allocution en adressant sa gratitude aux responsables  des communautés religieuses et coutumières qui ont prié pour le repos des âmes des défunts de même que pour la paix au Burkina Faso.

Oui KOETA

Burkina24

L'actualité du Burkina 24h/24.
Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR