Euroafrica 21 : Une association régionale pour les relations de l’Afrique et l’Europe

Ce mardi 10 janvier 2017 à Ouagadougou a vu la mise en place d’une association régionale entre l’Afrique et l’Europe. Une  structure qui vise à donner une nouvelle dynamique dans les relations entre les deux continents. 

L’association régionale est composée des hommes et des femmes de terrain, issus du monde de l’entreprise, de la banque, de l’assurance  des ONG, des écoles, des universités, des juristes, des économistes, des institutions et des représentants du monde de la culture et aura son siège à Ouagadougou. L’objectif de l’association c’est de mettre en place une organisation internationale non gouvernementale (ONG)  dénommée « Euroafrique 21 ».

« C’est de créer un réseau, d’horizons divers de plusieurs pays, qui sera un espace de débat pour la transformation économique, sociale et culturelle», a affirmé Claude Fischer, fondatrice des Entretiens Européens et Africains.

Rosine Coulibaly, ministre de l’économie et du développement du Burkina Faso, déclare que «c’est de voir comment nous allons mutualiser nos connaissances, nos réseaux pour que cela puisse accompagner les pays comme le Burkina Faso ». Elle précise que l’on doit revoir le développement autrement avec les différents partenaires.

Convaincu que la connaissance de l’autre ne peut se faire que sur la base d’échanges d’informations et d’analyse, l’association veut trouver un avenir partagé, inventer les valeurs communes et nouer des partenariats durables. L’association s’engage donc pour un monde libre et prospère pour tous et souhaite mettre au cœur de ses travaux les enjeux de l’innovation, de l’investissement et sur le capital humain.

Pour cela, elle entend mener la réflexion sur la reforme des systèmes étatiques, des règles de marché afin de construire des biens publics et inventer de nouvelles formes de démocratie avec la création d’institutions ouvertes où le public et le privé coopèrent.

Les participants à l’assemblée constitutive

Reformer, innover les systèmes éducatifs, revaloriser le travail, encourager les innovations dans l’industrie, élaborer des marchés qui favorisent la mobilité, la coopération et les échanges trans-frontières et l’émergence à la création de PME/PMI, réorienter les politiques de développement pour que les aides publiques fassent effet de levier de fonds privés et favorisent les Partenariats publics privés (PPP), créer de nouvelles agences de garanties pour PME/PMI,  tels sont les chantiers de l’association.

Pour ce faire, elle est organisée autour d’un Conseil d’administration et d’un bureau général.  Après l’adoption des objectifs, des statuts, du règlement intérieur et la désignation des dirigeants de l’association, le tout nouveau président de l’association, Kako Nubukpo, directeur de la Francophonie économique et numérique, a rappelé les défis de la structure. Il s’agit, selon lui, d’assumer que « nous sommes en transition démographique, fiscale, énergétique et démocratique en Afrique ».

Il ajoute qu’il faudra une co-construction des politiques, des programmes et projets pour une compréhension commune des enjeux. Egalement de passer d’une coopération gouvernementale classique à une coopération multi-acteurs qui donne le pouvoir à la société civile, au secteur privé et aux collectivités territoriales afin d’assurer que les politiques publiques qui sont mises en œuvre  sont inclusives.

Kako Nubukpo, Président de l’association

A l’issue de cette assemblée constitutive, une conférence débat a été animée par le président de l’association sous le thème : « L’Afrique de l’Ouest et l’Europe après le Brexit : le défi de l’intégration régionale pour un développement durable et solitaire ».

En rappel, les 3 et 4 février 2016,  Les Entretiens Eurafricains ont convié le public africain et européen  à Ouagadougou  pour la première édition sur les défis et les enjeux du développement du continent africain.

Plus de 500 personnes ont assisté à la rencontre et ont suggéré de mettre en place une association régionale des entretiens Eurafricains pour la mutualisation des énergies afin de relever les défis communs à l’Afrique et l’Europe.

Jules César KABORE

Lesaffairesbf

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR