Budget de l’Etat : La Loi de finances 2017est adoptée

Pendant deux jours l’Assemblée nationale s’est réunie en session plénière pour examiner et adopter le projet de loi de finances gestion 2017. 

La loi de finances gestion 2017 a été adoptée ce jeudi 15 décembre 2016 par l’Assemblée nationale. C’est pendant deux jours que les députés se sont réunis pour examiner et adopter ce budget. Les élus nationaux ont revu tous les secteurs un à un et ont émis des amendements avant l’adoption de la loi.

Ainsi, le budget global de l’année 2017 s’élève au titre de prévisions de recettes à plus de 2 000 milliards soit 2 036 301 664 000 F CFA et en dépenses d’un montant de 2 455 193 114 000 FCFA. Pour le fonctionnement de l’Etat en 2017, il se dégage un déficit budgétaire de 418 891 450 000 FCFA et une épargne budgétaire de 275 288 468 000 FCFA.

Selon le président de l’Assemblée nationale, Salifou Diallo, c’est la première fois depuis 1960 que le budget burkinabè prévoit 1 267 milliards FCFA à son  investissement soit un taux de progression de 73% par rapport aux années antérieures. « C’est un budget audacieux mais avec le PNDES nous espérons qu’il connaîtrait des lois rectificatives » a-t-il ajouté. Ce budget va permettre de relancer l’économie du Burkina en 2017 avec plus de 56% réservé à l’investissement et un taux de croissance souhaité à 8,3% . Egalement, le budget  prévoit la réouverture de certaines unités industrielles telles BRAFASO et FASO FANI.

Au niveau de l’éducation, le gouvernement prévoit pour l’année 2017 construire 73 établissements préscolaires, la normalisation de 1450 écoles à trois classes, la construction en matériaux définitifs de 160 écoles sous paillote, la construction de 70 nouveaux collèges d’enseignement post primaire, 3 lycées professionnels et scientifiques, etc.

Par ailleurs, le domaine de la santé verra la construction d’un centre de cancérologie, d’un centre de soins spécialisé en neurologie, la construction d’un centre de médecine traditionnelle, etc.

Le groupe parlementaire qui a voté NON

Le groupe parlementaire qui a voté NON

Dans le programme de l’eau potable et de l’assainissement, le gouvernement prévoit la réalisation en 2017, de 1687 forages, 41 réseaux d’adduction d’eaux potable, 1282 forages, 32 500 branchements particuliers, 50 000 latrines familiales, etc.

Au niveau de la création d’emploi et la lutte contre le chômage, le budget compte  former 1111 volontaires, 1 800 stagiaires en entrepreneuriat, la construction de 30 centres provinciaux de formation, le financement de 1 045 promoteurs à travers les différents fonds d’appui à la création de l’emploi, etc.

Le Burkina envisage dans le secteur de l’énergie électrifier  178 nouvelles localités, la mise en place d’un technopôle d’énergie, la construction de centrales solaires photovoltaïques de puissance unitaire de 42 KWc dans 50 centres médicaux, etc.

Le développement passe par le développement de la route. L’Etat compte, en ce qui concerne le domaine des infrastructures, réhabiliter de la route Koupéla frontière du Niger, la route  Dédougou-Tougan et Kongoussi-Djibo, etc.

En rappel,  la loi de finances gestion 2017, votée par 125 députés, a été adoptée avec  10 voix contre, 37 abstentions et 78 voix  pour. Le groupe parlementaire CDP, de l’opposition, a voté contre ainsi que celui de la Paix justice et réconciliation nationale (PJRN). L’UPC, également de l’opposition, a voté pour l’abstention. Les groupes de la majorité, Burkind’lim et  MPP ont voté pour.

Jules César KABORE
lesaffairesbf

 

Un commentaire

Repondre a l'Article

*

*

  • Zalle souleymane
    16 décembre 2016 at 14 h 45 min - Reply

    Je suis d’avis et demandent à ce qu’on soit positif

  • ARTICLE POPULAIR