Paul Kaba Thiéba : « La nouvelle insurrection populaire sera contre la pauvreté »

Expliquer le Plan national de développement économique et social (PNDES) aux Forces vives de la région du Centre, tel était l’objectif de l’équipe gouvernementale dirigée par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba qui a tenu une conférence publique, le samedi 19 novembre 2016 à Ouagadougou. Les raisons de l’élaboration du PNDES, ses différentes articulations, son coût et les stratégies de sa mise en œuvre ont été abordés par le Premier ministre.

Le Premier ministre a entamé depuis quelque temps des tournées d’explication du nouveau référentiel de développement du Burkina dans les différentes régions. Le Plan national de développement économique et  social (PNDES) a été expliqué à toutes les régions. Ce tour du Faso a pris fin dans la Région du Centre ce 19 novembre 2016.

A l’instar des populations des autres régions, la population de la région du Centre est sortie nombreuse pour écouter les communications du Premier ministre sur le PNDES et également participer de manière très active aux échanges.

Paul Kaba Thiéba a expliqué que le PNDES entend répondre aux ambitions d’émergence et de développement du Burkina de 2016-2020. Il a exposé les trois axes fondamentaux du nouveau référentiel de développement à savoir l’amélioration de la gouvernance, le renforcement du capital humain et la transformation structurelle de l’économie.

dsc_0004

Pour lui, le constat est que malgré l’exécution de plusieurs plans  dont le dernier en date est la SCADD, les populations vivent toujours dans la pauvreté. Quelques indicateurs économiques et synthétiques confirment cela. 40% des Burkinabè vivent avec moins de 13 000 F CFA par mois,  donc en dessous du seuil de pauvreté.

Le taux de couverture électrique est de 19%. Pire, le Burkina a l’électricité la plus chère de la sous-région au kilowattheure. Moins de 15%  de la population a accès à l’assainissement et le dernier classement de l’Indice humain de développement place le Burkina 183e sur 188 pays au vu d’un certain nombre d’indicateurs. Les conséquences sont, entre autres, la faiblesse de la croissance qui, de plus, est marquée par des contraintes. Et le Premier ministre de citer les contraintes liées au coût élevé de l’eau, de l’électricité et des  télécommunications, le manque de routes, la rusticité des moyens de production agricole et animale.

Le gouvernement propose le PNDES pour casser les obstacles qui bloquent son développement. Le Premier ministre soutient que ce programme sera différent des autres plans de développement en ce sens qu’il marque une rupture avec le passé en se proposant de bâtir un Burkina nouveau.

D’un coût d’environ 15 000 milliards de F CFA, ce plan sera financé par les fonds propres de l’Etat et les partenaires financiers, d’une part, et, d’autre part, par le système du partenariat public-privé. Pour ce faire, Paul Kaba Thiéba dira qu’il compte augmenter l’assiette fiscale, inciter les citoyens au civisme fiscal et mobiliser les fonds avec les partenaires  financiers.

Le Premier ministre a invité la population à faire front contre la pauvreté  comme lors de l’insurrection populaire de 2014. « La nouvelle insurrection, on va s’insurger contre la pauvreté » a-t-il fait savoir.

Les forces vives de la région du Centre ont  été invitées à contribuer à la réalisation du PNDES au travers des échanges afin de s’approprier les aspects techniques tels que la déclinaison du PNDES au niveau des plans régionaux et communaux de développement. 

En rappel, les tournées dans les régions ont été possibles grâce  à la coordination des mouvements et associations pour la vulgarisation du programme du président.

Jules César KABORE

Lesaffairesbf

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR