Relance économique du Burkina : Quelle est la pierre du secteur privé ?

La cérémonie d’ouverture du colloque international sur la contribution du secteur privé pour la relance économique du Burkina Faso se tient du 10 au 11 octobre 2016 à Ouagadougou avec la participation des acteurs gouvernementaux, des acteurs du secteur privé et des experts nationaux et internationaux. Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a procédé au lancement des travaux ce lundi 10 octobre 2016.

« La contribution des acteurs du privé pour la relance économique dans le cadre du PNDES : enjeux et mécanismes d’un partenariat gagnant-gagnant ». C’est sous ce thème que Burkina International organise un colloque international du 10 et 11 octobre 2016 à Ouagadougou.

Ce colloque vise à explorer les différentes perspectives de relance économique post-crise et les mécanismes de mise en œuvre en se donnant comme objectif de réunir les principaux acteurs du secteur privé, du secteur public, les personnes ressources et spécialistes des questions économiques.

img_8639

Comment inviter le secteur privé à contribuer efficacement à la relance économique dans le cadre du PNDES en lui offrant en retour des meilleures conditions de production et de compétitivité ? Telles sont des questions qui seront débattues au cours de cette rencontre.

Elle permettra, selon les organisateurs,  de remettre en confiance l’Etat et le secteur privé et envisager l’ensemble des pistes de réflexions afin de trouver les voies et moyens pour redynamiser l’activité économique et susciter un engouement des investisseurs.

« Après avoir gagné la bataille de l’alternance, il faut gagner celle du développement. Nous avons invité 200 personnes pour discuter sur le thème », explique Harouna Kaboré, président de Burkina International. Des plénières, des panels, des communications animés par des chefs de départements ministériels, des acteurs du secteur privé et des experts nationaux et internationaux sont les différentes articulations de la rencontre.

Harouna Kaboré promet qu’« à la fin du colloque, il y aura le rapport général et les propositions que nous soumettrons aux décideurs publics, les acteurs du secteur privé et une revue collective qui sera publiée ». Le  PNDES est en fait le nouveau référentiel de développement du Burkina et s’étale sur la période 2016-2020.

« C’est dans ce contexte national difficile, doublé d’un environnement international encore marqué par la recherche de solutions de sortie de crise, que le secteur privé doit s’investir pour jouer pleinement son rôle de moteur de la croissance économique, de pourvoyeur d’emplois et de revenus », a affirmé le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

La Côte d’Ivoire a été invitée pour le partage d’expérience avec le Burkina…

« Après la crise, la Côte d’Ivoire s’est dotée d’un plan de développement national. Dans la conception du plan, nous avons mis le secteur privé au centre de la relance de l’activité économique », a déclaré Nialé Kaba, ministre du plan et de développement de la Côte d’Ivoire.

img_8637

Le Burkina demeure toujours parmi les pays les plus pauvres avec un PIB estimé en 2015 à 11, 3 milliards de dollars pour presque 18 millions d’habitants, soit un PIB 631,372/ habitant par an.

55, 3% des Burkinabè vivaient en 2009, selon la banque mondiale, sous le seuil de la pauvreté. L’institut national de la statistique et de la démographie (INSD) établissait, en 2014 suite à une enquête multisectorielle continue, le taux de chômage à 14% chez les jeunes actifs.

En rappel, Burkina International « Think tank citoyen » est une institution qui regroupe des professionnels chargés de réfléchir sur des questions politiques, économiques, technologiques et sociales. L’organisation produit des études, des rapports et des propositions à l’endroit de personnes physiques et morales dont l’Etat.

Jules César KABORE

Lesaffairesbf

 

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR