Bissa Gold : Des ex-travailleurs en sit-in

Les travailleurs licenciés de la société minière Bissa Gold étaient en sit-in, ce lundi 26 septembre 2016 devant leurs bureaux à Ouagadougou. Ces ex-travailleurs réclament le paiement de leurs droits de licenciement.

C’est sous une fine pluie que les travailleurs licenciés de la mine ont organisé un sit-in devant les locaux de Bissa Gold à Ouagadougou.

 « Ce matin, c’est un sit-in illimité, parce que nous sommes face à une situation précaire. Depuis 11 mois de cela nos camarades vivent des misères parce qu’ils ont réclamé un dû », affirme le délégué du personnel et délégué syndical des travailleurs de Bissa Gold, Amédé Tégawindé Sawadogo.

Il rappelle que c’est suite à une revendication de certains droits qu’ils ont été licenciés, et ce, malgré les promesses des autorités d’alors.

« Pourtant, l’inspecteur du travail nous a donné raison. Malgré tout, Bissa Gold a licencié 116 personnes. C’est le ministre du travail de la transition, qui nous avait ordonné de lever le mot d’ordre de grève pour obéir à l’autorité qu’il a eu à rencontrer avec les employeurs. Et que ces employeurs ont marqué leur accord et qu’il n’y aura pas de sanctions. Malheureusement, on  a été licencié », déclare Amédé Sawadogo.

Aujourd’hui, les travailleurs licenciés réclament leurs droits et le respect des injonctions données par  le ministre du travail. « Nous réclamons une seule chose, nous voulons l’intégralité de paiement de tous nos droits car le ministre en charge du travail, Clément Pengdwindé Sawadogo,  a eu à dire à Bissa Gold et à Exterhum Africa de payer aux travailleurs leurs droits », a indiqué le délégué du personnel.

En attendant, les manifestants disent vivre dans des conditions difficiles dues à leur licenciement.  « Nous sommes tous assoiffés parce que nos enfants ne partent pas à l’école, nos femmes sont en train de nous quitter, d’autres sont hospitalisés, certains ont perdu la vie pour fautes de moyens »,  selon Amédé Sawadogo.

Burkina24 a voulu  rencontrer l’administration de la société mais l’agent de sécurité en faction a expliqué que le directeur était sur le site d’exploitation.

Jules César KABORE

Lesaffairesbf

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*