Harouna Kaboré : « Le Burkina est en proie à de nombreuses difficultés économiques »

Le comité d’organisation du colloque international sur la contribution du secteur privé pour la relance économique a organisé un déjeuner de presse ce mardi 13 septembre 2016 à Ouagadougou. Cette rencontre va se tenir du 10 et 11 octobre prochain dans la salle de banquets de Ouagadougou avec la participation des acteurs gouvernementaux, les acteurs du secteur privé et des experts nationaux et internationaux.

C’est sous le thème « la contribution des acteurs du privé pour la relance économique dans le cadre du PNDES : enjeux et mécanismes d’un partenariat gagnant-gagnant » que l’institution Burkina International organise un colloque du 10 et 11 octobre prochain à Ouagadougou.

Ce colloque vise à explorer les différentes perspectives de relance économique post-crise et les mécanismes de mise en œuvre en se donnant comme objectif de réunir les principaux acteurs du secteur privé, du secteur public, les personnes ressources et spécialistes des questions économiques.

Comment inviter le secteur privé à contribuer efficacement à la relance économique dans le cadre du PNDES en lui offrant en retour des meilleures conditions de production et de compétitivité ? Telles sont des questions qui seront débattues au cours de cette rencontre.

Cette rencontre, selon les organisateurs, va permettre de remettre en confiance l’Etat et le secteur privé et envisager l’ensemble des pistes de réflexions qui suscitera la contribution à trouver les voies et moyens pour redynamiser l’activité économique et à susciter un engouement pour les investisseurs.

cimg8175

Selon le comité d’organisation du colloque, « le Burkina est en proie à de nombreuses difficultés économiques (…). L’économie nationale s’est retrouvée dans une phase de ralentissement privé et l’entreprenariat. Autrement dit, le secteur privé a aussi payé un lourd tribut de la forte dégradation de la situation sociopolitique. Malgré le ralentissement des activités économiques et de l’investissement dû à cette longue période d’incertitudes politiques des années 2014 et 2015, les pouvoirs publics se doivent de créer les conditions et les bases de la contribution du privé dans le développement économique et social », explique Harouna Kaboré, président de Burkina International.

Des plénières, des panels, des communications animés par des chefs de départements ministériels, des acteurs du secteur privé et des experts nationaux et internationaux sont les différentes articulations de la rencontre.

Harouna Kaboré, promet qu’« à la fin du colloque, il y aura le rapport général et les propositions que nous pensons soumettre aux décideurs publics, les acteurs du secteur privé et une revue collective qui sera publiée ». Selon lui, ce rapport prendra en compte les différentes contributions. Il a par ailleurs invité les différents acteurs à donner ses contributions sur le site web de Burkina International.

En rappel, Burkina International est une institution qui regroupe des professionnels chargés de réfléchir sur des questions politiques, économiques, technologiques et sociales. L’organisation produit des études, des rapports et des propositions à l’endroit de personnes physiques et morales dont l’Etat.

Jules César KABORE

Lesaffairesbf

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR