Défis sécuritaires : Un accord signé entre l’Institut supérieur de sécurité humaine et l’Université Aix-Marseille

L’Institut supérieur de sécurité humaine (ISSH) et l’Université Aix-Marseille (France) ont procédé ce 18 août 2016 à la signature d’un accord de partenariat. L’objectif est de fournir aux étudiants des expertises pédagogiques et techniques et de faciliter la mise en place de formations diplômantes aux niveaux Master et Doctorat.

L’ISSH intervient essentiellement dans les filières de la gestion des conflits et construction de la paix, la coordination et management de l’action humanitaire, la sécurité alimentaire et nutrition en situation d’urgence, et l’entreprenariat et gestion des organisations. A ce jour, soit deux ans depuis sa création, il compte plus de 100 étudiants et 50 enseignants.

L’accord qui lie désormais l’ISSH et l’Université Aix-Marseille s’inscrit dans la volonté de dispenser des formations de qualité conformes aux normes et standards internationaux. Avec pour objectif phare la sécurité  sous toutes ses facettes (sanitaire, économique, environnementale, politique), l’ISSH tirera un gain certain de ce partenariat, selon son Président du conseil d’administration, ZakariaTiemtoré.

Il a ainsi salué «un acte fort parce que deux institutions décident de se mettre ensemble, de mettre en commun leurs intelligences pour agir. Agir en faveur de l’être humain, agir en faveur d’un développement différent. Un développement dans lequel la sécurité sera une question centrale. »

De même, ce partenariat est de nature à former des compétences locales à même de venir à bout des risques d’insécurité qui pourraient se présenter. Selon le Directeur académique de l’institut, Professeur Fernand Sanou, l’accord vient en renfort des compétences de l’ISSH qui est d’une importance certaine pour la région.

« Cette coopération représente bien une action de sécurité humaine non seulement pour l’ISSH, mais pour le Burkina et les pays voisins, en ce qu’elle participe à créer sur place les professionnels de cette sécurité, réduisant ainsi la distance à parcourir pour en faire venir d’ailleurs avec le risque des fuites de cerveau », a-t-il déclaré.

_DSC0099

Le partenariat a tout autant été apprécié par le Professeur Jacki Bouju, enseignant chercheur au département d’anthropologie et représentant l’Université Aix-Marseille. Il a promis un partage d’expérience au profit des deux universités : « mon université est vieille, l’institut est jeune, on peut donc contribuer à renforcer les capacités en formation et en recherche de l’institut ».

Les formations concerneront l’anthropologie des violences ordinaires, l’anthropologie des risques et de la vulnérabilité, la méthodologie et l’épistémologie de la recherche appliquée aux questions humanitaires.

Issouf NASSA

Burkina24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR