La Côte d’Ivoire valide un ambitieux programme de développement routier

Le gouvernement ivoirien a validé un vaste programme de développement routier estimé à 3760 milliards de FCFA soit 6,3 milliards $, en conseil des ministres du 3 août dernier. Ce programme est dénommé « Programme national du développement routier 2016-2025 », PNDR.

Selon le porte-parole du gouvernement ivoirien, Bruno Nabagné Koné ,« ce programme prévoit un renforcement de la voirie urbaine de la ville d’Abidjan, ainsi que la construction de grands ouvrages d’arts. Pour les villes de l’intérieur du pays, il est prévu une extension du revêtement des routes, des chefs-lieux de district, de région et de département », a-t-il expliqué.

Le volet le plus important de ce programme est celui relatif au renforcement et à la réhabilitation de 3916 km de routes bitumées interurbaines. Son coût s’élève à 1246 milliards de FCFA et sa mise en œuvre prévue entre 2017-2020.

Le PNDR prend en compte la construction du cinquième pont d’Abidjan. Ce pont dont les travaux sont prévus pour être réalisés entre 2016-2019, devrait relier les communes de Yopougon et Adjamé et devrait coûter la bagatelle de 200 milliards de FCFA.

A ce jour, la Côte d’Ivoire dispose d’un réseau routier interurbain de 82 090 km, dont 75 402 km de routes non revêtues et 6698 km de routes revêtues comprenant 258 km d’autoroutes.

Ce qui équivaut à une densité routière d’environ 26 km de route pour 100 km² de territoire. A ce réseau de routes interurbaines, s’ajoute la voirie urbaine estimée à plus de 4000 km de voies bitumées sur l’ensemble du territoire ivoirien.

Toutefois, le pourcentage de routes revêtues, qui est de 8% du réseau routier total, est en deçà du niveau des pays tels que le Ghana (13%), le Nigeria (15%), l’Afrique du Sud (21%), le Maroc (70%), la Malaisie (80%) et Singapour (100%).

De plus, 75% du réseau de routes revêtues ont un âge variant entre 15 et 35 ans, dont 44% de plus de 20 ans alors que celles-ci sont conçues pour résister à l’usure et à la fatigue sur une durée de 15 ans.

En outre, 4500 km de routes revêtues sont en mauvais état, dont 1500 km en très mauvais état.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR