Ministère de l’Economie des Finances et du Développement : Vers une optimisation et une rationalisation du circuit de la recette.

Madame Hadizatou Rosine Coulibaly/Sory,  ministre de l’Economie des finances et du développement et la Fondation Hanns Seidel(FHS)  au Burkina Faso, représentée par son Représentant Régional Afrique de l’Ouest, Dr.Klaus GRÜTJEN, ont procédé le  lundi 11 juillet  à la signature d’une convention cadre relative  à la réalisation d’une étude diagnostique du circuit de la recette  assortie d’un schéma d’amélioration en matière de civisme fiscal et de modernisation du circuit de la recette du Burkina Faso.

Les  deux parties ont convenu de la réalisation en concertation et en  partenariat de cette étude sur le circuit de la recette. Un consultant a été commis à la tâche, mais les termes de la convention précisent que  pour des besoins de compétences spécifiques et d’implication d’autres acteurs,  le ministère  de l’Economie des Finances et du Développement  peut, en accord avec la Fondation Hanns Seidel Burkina Faso, associer d’autres partenaires à la réalisation de la dite étude.

Cette étude a été commandité au regard des limites constatées dans le  dispositif organisationnel du circuit de la recette. L’objectif de l’étude est de proposer un dispositif institutionnel et organisationnel à même d’optimiser le recouvrement des ressources intérieures et le circuit de la dépense.

En clair l’étude va faire un diagnostic du dispositif institutionnel et organisationnel du circuit de mobilisation des ressources intérieures et celui de la dépense, proposer          un dispositif institutionnel et organisationnel à même d’optimiser le recouvrement des ressources intérieures et formuler un projet de textes de création et de plan d’opérationnalisation  de nouvelles structures le cas échéant.

Selon le schéma  de financement du  Plan national de développement économique et social qui traduit les ambitions du Burkina Faso en matière de développement sur la période 2016-2020, la part des ressources internes représente 60,4% soit  environ 6340milliards de FCFA.

D’où la nécessité de rendre performant le dispositif de mobilisation des ressources intérieures en vue de financer ce nouveau référentiel de développement.

La convention pilote signée, entre en vigueur dès  sa signature et prendra fin le 31 décembre 2016. Elle peut être  reconduite d’accord  parties pour une nouvelle  période.

Direction de la communication et de la Presse Ministérielle

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*