Ramadan 2016 : un contrôle inopiné pour le respect de l’importation et du prix du sucre

Le ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat en collaboration avec l’Observatoire du sucre ont mené ce 17 juin 2016, un contrôle spécifique sur le sucre, avec un double objectif : vérifier le respect de la réglementation en matière d’importation, et aussi le respect des marges et prix fixés par l’Etat.

La SN-SOSUCO connaît une mévente depuis un certain temps, et cela n’est un secret pour personne. Dans l’objectif de soutenir la société nationale, l’importation de sucre est soumise à des conditions stricte, notamment la délivrance d’une Autorisation spéciale d’importation. Malgré cela, du sucre importé se retrouve sur le marché national, sans toujours suivre les procédures afférentes.

Un triste constat qui pourrait s’aggraver pendant ce mois de ramadan. D’où ce contrôle initié par l’Observatoire du sucre dont le but essentiel est de s’assurer du respect de la réglementation, pour déceler toute importation frauduleuse. Mais aussi, il s’agit de vérifier le respect des marges bénéficiaires fixées par l’Etat et le respect des règles de facturation.

Avant l’entame de la tournée de contrôle, Abdoulaye Doumboué Coulibaly, Directeur général de la Direction générale du contrôle économique et de la répression  des fraudes a annoncé le but du contrôle qui vise les demi-grossistes et les détaillants : « Nous allons faire les tours des boutiques et magasins, histoire de vérifier que les importations se sont faites dans les règles et qu’au niveau de la distribution, les règles en matière de commerce sont respectées ».

Abdoulaye Domboué Coulibaly, DG DGCRF

Abdoulaye Domboué Coulibaly, DG/DGCRF

Une visite de quelques magasins a permis de constater qu’en plus du sucre SOSUCO, du sucre importé est aussi commercialisé, provenant surtout du Maroc, du Brésil et de la France. Pour ce qui est du prix, à première vue, il n’y a rien à redire. Fixé à 17 500 F CFA le carton, le prix du sucre SOSUCO semble être respecté par les grossistes, du moins sur la base de leur déclaration.

Quant au sucre importé, des vérifications complémentaires seront faites. « Pour le sucre importé, comme en important il y a des charges qu’ils supportent, ils vont amener la fiche de décomposition pour nous dire comment ils ont fait pour déterminer leur marge et respecter le prix fixé », a précisé Mariétou Palé/ Ouédraogo, contrôleur auprès du ministère du commerce.

Pour un contrôle plus approfondi, les établissements visités ont été priés de fournir dès le lundi 20 juin 2016, certains documents qui confirmeront le respect de la réglementation. Ce sont les factures d’achat du sucre, les cartes de commerçants ou le registre du commerce, les doubles des factures de vente et le barème de grille.

S’il ressort des contrôles, un mépris des normes, les sanctions consisteront en la saisie des produits, en des amendes, ou des poursuites judiciaires.

Issouf NASSA

Lesaffairesbf.com

 

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR