Salif’C : « Le Faso Danfani a de l’avenir »

De nombreuses personnes le connaissent sous son nom de créateur de mode : Salif’C. A l’état civil, il se nomme Salif Compaoré. Ce styliste burkinabè  a établi sa base à Dakar au Sénégal. Mais il n’en oublie pas pour autant son pays. Au contraire. Il est l’initiateur d’une soirée de mode, dénommée Mode-Afro, qui s’est tenue à Dakar le 21 mai 2016 et qui avait pour objectif de valoriser le Faso Danfani. A l’occasion, plusieurs créateurs venant de sept pays ont touché à ce tissu pour lequel Salif’C prédit un grand avenir. Dans cette interview accordée à Burkina24, retour sur cette soirée et sur la chevauchée du Faso Danfani qui a franchi désormais les frontières du « Pays des Hommes intègres ».

Burkina24 (B24) : Mode-Afro. Expliquez-nous le concept.

Salif’C : Mode-Afro c’est un concept qui a pour objectif de promouvoir la mode africaine à travers les tissus africains comme le pagne tissé du Burkina.

B24 : Quatre pays africains ont été invités. Un honneur pour Mode-Afro ?

Salif’C : Plus de 4 d’ailleurs car les nations présentes étaient le Cameroun, le Mali, la Guinée-Conakry, la Côte d’Ivoire,  le Togo et le Sénégal. C’était vraiment un immense honneur vu que c’était la première édition et avoir autant de soutiens me motive vraiment pour mes futurs évènements.

B24 : Faut-il s’attendre à Mode-Afro prochainement à Ouagadougou ou à Bobo ?

Salif’C : Oui, bien sûr puisque c’est déjà réclamé et je le ferais au moment opportun car après tout, tous les sacrifices que j’ai consentis pour la mode africaine sont aussi pour mon pays.

B24 : Etes-vous satisfaits des résultats atteints ?

Salif’C : Plus que satisfait, car les résultats vont au-delà de mes espérances. Je profite d’ailleurs de cette occasion pour remercier SEM Aline Koala, ambassadeur du Burkina Faso à Dakar qui m’a beaucoup soutenu pour la réussite de cet évènement. Je remercie également toute l’équipe de l’embrassade qui a beaucoup contribué au succès de la soirée de mode.

B24 : Des perspectives sont-elles prévues ?

Salif’C : Bien sûr !  Plus de collaborations avec les créateurs qui étaient venus des différents pays pour soutenir l’évènement. Je rappelle que je suis invité dans d’autres évènements dont je communiquerais prochainement les noms.

Salif'C (à gauche)

Salif’C (à gauche)

B24 : Le thème de cette édition de Mode-Afro a porté sur la valorisation du Faso Dan fani.  Quelle est la touche qu’apporte Salif’C à la valorisation de ce tissu ?

Salif’C : Le thème était de valoriser le pagne tissé et pour l’occasion,  Salif’C a fait plus de mixages entre le pagne tissé et les tissus de l’occident qui était plus du tradi-moderne.

B24 : Pensez-vous vraiment que ce tissu a de l’avenir ?

Salif’C : Oui, bien sûr surtout après le succès d’une telle initiative où les créateurs des différents pays ont touché le pagne tissé. Je crois que désormais, le pagne tissé sera utilisé un peu partout à travers les mains de ces créateurs.

B24 : Est-ce que le Faso Danfani est adopté au Sénégal, précisément par d’autres nationalités ?

Salif’C : Evidemment, vu que je vois des pays comme le Rwanda, le Cameroun, l’Italie et bien  d’autres pays qui l’utilisent sans oublier les Sénégalais qui l’exploitent beaucoup.

B24 : A votre avis, comment se porte la mode burkinabè aujourd’hui ?

Salif’C : Aujourd’hui, la mode burkinabè va au-delà des frontières du pays car vous avez des créateurs comme moi et bien d’autres créateurs du pays qui se battent pour avoir une meilleure exposition des tissus burkinabè.

Entretien réalisé par Revelyn SOME

Burkina24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR