Passation des marchés publics : Le PNUD partage son expérience avec le Burkina

Le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) organise un atelier sur l’accompagnement à l’accélération de la mise en œuvre des programmes à travers un renforcement de la performance du système de passation des marchés publics avec le ministère burkinabè de l’économie. Cette rencontre, du 3 au 4 mai 2016 à Ouagadougou, vise particulièrement à partager des expériences dans le domaine de passations des marchés publics. La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce 3 mai en présence de la représentante résidente du PNUD au Burkina, Metsi Makhetha et du ministre de l’économie, Hadizatou Rosine Coulibaly/Sori.

L’Etat burkinabè en collaboration avec ses partenaires techniques et financiers procède, il y a belle lurette, (NDLR : en 2000, 2005 et 2006) à l’audit et à l’évaluation de son système de gestion des marchés publics, dans l’optique de le rendre plus performant.

C’est ainsi que le ministère de l’économie caresse toujours l’espoir d’améliorer sa dynamique de recherche de solutions adaptées pour l’accélération de la mise en œuvre des programmes et des projets de développement. 

Le PNUD, considéré comme l’un des partenaires « sûrs » du Burkina se veut, pour sa part, un réseau mondial de développement dont dispose le Système des Nations Unies pour, entre autres, partager les expériences et les pratiques qui ont déjà fait leurs preuves avec des gouvernements, afin que d’autres s’en inspirent pour trouver des solutions adaptées à leur contexte.

C’est dans cette lancée que le PNUD organise un atelier de partage d’expériences avec le ministère de l’économie sur le système de passation des marchés publics au Burkina. La cérémonie d’ouverture de cet atelier a eu lieu ce mardi 3 mai en présence de la représentante résidente du PNUD au Burkina, Metsi Makhetha et du ministre de l’économie, Hadizatou Rosine Coulibaly/Sori.

DSC_8744

Metsi Makhetha, au nom du PNUD, a tenu à encourager le ministre burkinabè en ces termes : « Je tiens à saluer Madame le ministre de l’économie qui a impulsé une dynamique nouvelle et d’avoir bien voulu mener cet exercice, qui consistait à identifier les goulots d’étranglements en vue de trouver des solutions pour accélérer la mise en œuvre des programmes et projets de développement ».

« Nous disposons d’un réseau d’experts et des équipes multidisciplinaires qui sont mis à disposition en fonction des besoins », a-t-elle ajouté.

Selon le ministre de l’économie, Hadizatou Rosine Coulibaly/Sori, en sollicitant l’appui du PNUD, le gouvernement veut offrir, à tous les intervenants des marchés publics, d’échanger sur la question de la « lourdeur » et de « complexité des procédures » de passations de marchés publics, mais aussi et surtout de s’inspirer de l’expérience notamment du PNUD en la matière.

Cette rencontre, selon plusieurs participants, est la bienvenue vu que la question est toujours au cœur des débats et préoccupations des populations.

Il faut signaler aussi que selon une récente étude des Nations Unies, le PNUD a été consacré pour la deuxième fois, « l’organisation la plus transparente parmi les partenaires au développement et les donneurs d’aide ».

Synthèse de Noufou KINDO

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR