Idrissa Barro, DG de Transport Confort Voyage (TCV) : « Le transport c’est le premier levier du développement »

Transport Confort Voyage(TCV) est une société burkinabè de transport en commun de personnes, située à Ouagadougou. C’est l’une des sociétés de transport les plus actifs au Burkina et dans d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest, et nourrit encore des projets d’extension vers d’autres pays. Son Directeur Général, Idrissa Barro s’est ouvert à Burkina 24. 

Burkina24(B24) : Pouvez-vous nous dire si la destination Burkina Faso est toujours prisée malgré les attentats ?

Idrissa Barro(IB) : Je peux dire que les activités reprennent doucement. En tout cas il n’y a pas eu de baisse de taux majeure. Les gens continuent de venir.

B24 : Le ministre de la sécurité a pris des mesures pour plus de sécurité. Arrivez-vous à les appliquer ?

IB : Les mesures qui ont été prises ne sont pas nouvelles pour TCV. Nous les appliquions déjà. Nous avions des gendarmes qui nous escortaient. Par ailleurs, nous procédions aux fouilles à l’embarquement avec les détecteurs de métaux. Depuis une dizaine d’années ces mesures sécuritaires sont en vigueur chez TCV. Nos passagers les ont acceptées et il n’y a pas de souci.

Alors aujourd’hui, ces mesures prises par le gouvernement n’ont fait que nous conforter dans cette volonté de sécuriser le passager.

B24 : Etes-vous satisfait de la demande par les usagers ?

IB : Les activités se poursuivent bien. Nous remercions la clientèle et nous attendons toujours la demande de la clientèle pour que ça aille mieux. Nous l’appelons à nous faire encore plus confiance. Et nous travaillons justement pour avoir cette confiance.

B24 : Quels sont vos atouts par rapports à d’autres sociétés de transport ?

IB : TCV c’est l’intégration en marche comme slogan. A TCV notre premier objectif, c’est la sécurité de notre clientèle. C’est aussi le confort et le rapprochement de notre clientèle. Nous sommes dans une logique d’intégration.

A part le Burkina Faso, nous somme au Mali, en Côte-d’Ivoire, au Togo, au Nigeria. Très prochainement nous serons au Ghana et au Niger. Nous serons également au Sénégal et en Guinée, mais cela est un projet à moyen terme.

A long terme nous désirons desservir toute l’Afrique. Nous estimons que le transport c’est le premier levier du développement et rien ne peut se passer sans transport. Le premier objectif de TCV c’est vraiment rapprocher les ressortissants de la zone CEDEAO.

La gare TCV de Ouagadougou

La gare TCV de Ouagadougou

 

B24 : Quelles sont les difficultés que vous rencontrez ?

IB : Les problèmes ne manquent pas. C’est vrai que nous rencontrons des problèmes, mais nous arrivons à les résoudre.

Et même avec l’administration (NDLR : étatique), nous discutons. Nous sommes dans un processus de construction. Un processus dans lequel chacun devra mettre sa main dans la pâte. Nous avons souvent besoin de l’administration et quand c’est le cas, nous les rencontrons et il y a toujours eu une bonne compréhension.

B24 : Aux différentes frontières on note des rackets. Que faites-vous pour y remédier ?

IB : C’est vrai que ce n’est pas parfait, mais on travaille pour qu’il y ait une amélioration. Mais je peux affirmer que la situation est meilleure qu’il y a cinq ans, encore mieux qu’il y a dix ans. Nous estimons qu’il peut toujours y avoir de l’amélioration et nous y travaillons. Et bien sûr nous espérons que dans les années à venir ce sera meilleures. Nous tendons vers l’excellence.

Issouf Nassa

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR