Banfora : Situation toujours tendu à la SN-SOSUCO  

Alors que le pays est sur un nouveau chapitre de son histoire, ici dans la cité du Paysan noir, les travailleurs de la SN-SOSUCO maintiennent le bras de fer. Ce 8 décembre 2015 à 4h30 du matin les forces de l’ordre de la Compagnie républicaine de sécurité (C.R.S.) sont passé à l’action en dispersant les manifestants qui y sont depuis un mois maintenant.

En effet, les artères principales de Banfora ont été barricadées. Cette situation qui n’a que de conséquence est dite injuste selon Ibrahim Coulibaly qui soutient que rien n’a été détruit : << nous avons tenu jusqu’aujourdhui puisque nous attendons des solutions concrètes quant à nos préoccupations. Nous avons demandé le départ de la direction sans exception donc on n’accepte pas quiconque de cette hiérarchie>>.

La tension toujours perceptible à la SN-SOSUCO.

La tension toujours perceptible à la SN-SOSUCO.

Les alentours de l’usine étaient déserts. Depuis le passage des forces de l’ordre, la situation à évolué au point que des jets de pierre aux C.R.S. par les manifestants ont été observés. La riposte à causé des dégâts matériel : des vannes d’irrigation parti en fumée, deux élèves gravement blessés et quatre autres blessé parmi lesquelles des adultes.

On peut également noter que la voirie principale était fermée et des individus méconnus tentaient de mettre à feu les cannes à sucre qui sont d’ailleurs entrain de sécher. Pour le moment les représentants Dozo prennent garde dans les alentours de l’usine.

La faillite de cette industrie se dessine si rien n’est fait dans les prochains jours. Il faut retenir qu’un pacte a été signé entre les propriétaires terriens et les responsables de l’usine. Ce pacte pour les chefs notables a été trahi par la direction.

Charles Bako

Correspondant à Niangoloko

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR