Matibabu, ou le dépistage numérique du palu

En Ouganda, Brian Gitta et trois de ses camarades de faculté  Joshua Businge, Simon Lubambo et Josiah Kavuma ont développé une application mobile qui permet de faire le diagnostic du paludisme sans se faire piquer.

Matibabu qui signifie «centre médical» en swahili, est donc une alternative à la traditionnelle méthode de diagnostic du paludisme.  Elle permettrait de détecter le parasite avant même l’apparition des symptômes.

L’utilisateur insère son doigt dans un appareil sur mesure, le «matiscope», relié au smartphone, pour qu’il examine ses globules rouges. Grâce à la différence de structure entre les globules infectés et les globules sains, l’application peut détecter la malaria sans prélever de sang.

Cette invention développée en 2012 est très salutaire pour le continent noir où sévit sévèrement le paludisme qui tue des milliers de personnes chaque année. En 2015, 89% des cas de paludisme et 91% des décès dus à cette maladie sont survenus dans cette région.

Environ 3,2 milliards de personnes – soit près de la moitié de la population mondiale – sont exposées au risque de contracter le paludisme. L’OMS estime que l’Afrique subsaharienne supporte une part disproportionnée de la charge mondiale du paludisme.

Boureima LANKOANDE

Source : africatopsuccess.com

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR