TIC et développement au Burkina : De la nécessité d’une loi sur l’économie numérique

Les portes des premières assises nationales sur l’économie numérique se sont refermées ce samedi 7 novembre 2015. Rendez-vous a été pris pour l’an 2017. Les recommandations issues de ces assises seront retransmises aux plus hautes autorités du Burkina, foi de Nébila Amadou Yaro, ministre du développement de l’économie numérique et des postes.

Les assises nationales sur l’économie numérique se tiendront désormais tous les deux ans au Burkina Faso.

Considérées comme un succès cette année, elles ont été l’occasion pour les acteurs venus de divers horizons de prendre non seulement un « engagement national » mais surtout à faire des TIC, un véritable outil de développement durable au même titre que les questions environnementales et de genre.

Les premières assises sur l’économie numérique ont en effet offert une opportunité d’échanges autour de problématiques communes entre partenaires du secteur public et du secteur privé, opérateurs de communications électroniques, OSC ainsi que des partenaires au développement.

Après 72 heures de « fructueux » échanges, le ministre burkinabè en charge des TIC dit retenir trois recommandations fortes.

La photo de famille lors de l'ouverture des premières assises nationales sur l'économie numérique au Burkina.

La photo de famille à l’ouverture des premières assises nationales sur l’économie numérique au Burkina.

Il s’agit de la nécessité d’une loi sur l’économie numérique afin d’attirer davantage les investisseurs, du renforcement des capacités des acteurs TIC notamment des techniciens supérieurs, des ingénieurs et des chercheurs, et de la révision des sources innovantes de financement du secteur.

Quant à la question de la continuité ou la suite à donner aux recommandations, il a laissé entendre que « hors mis le comité de veille déjà mis en place, le prochain gouvernement devrait assurer la mise en œuvre effective des différentes recommandations ».

Nébila Amadou Yaro, au nom du premier ministre Yacouba Isaac Zida, a lancé un appel à tous les acteurs de la chose numérique à mieux s’organiser et à continuer les échanges afin de contribuer véritablement à l’essor du secteur des télécommunications et des TIC au « Pays des Hommes intègres ».

Noufou KINDO

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR