‘’Inspecteurs des impôts sans frontières’’ : soutenir l’accroissement des recettes

66 total views, 2 views today

Le projet ‘’Inspecteurs des impôts sans frontières’’ (IISF) a été lancé le 13 juillet 2015 par l’Organisation de coopération et de développement Économiques (OCDE) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) à Addis-Abeba (Ethiopie), dans la perspective de soutenir les pays en développement à accroître leurs recettes intérieures par le renforcement  de la vérification fiscale.

Le communiqué cité par l’agenceecofin, précise que l’IISF facilitera le déploiement d’une assistance ciblée en matière de vérification fiscale dans les pays en développement du monde entier.

Cette assistance «se concrétisera par l’envoi de spécialistes de la vérification fiscale qui travailleront aux côtés de fonctionnaires d’administrations fiscales de pays en développement afin de les aider à renforcer leurs capacités en la matière, y compris sur des questions concernant des dossiers de fiscalité internationale».

L’initiative est une opportunité, pour les pays africains au sud du Sahara qui souffrent de fraude et d’évasion fiscales, d’améliorer la mobilisation des ressources internes dont ils ont besoin dans le financement de leur développement.

Avec des politiques fiscales qui ne sont toujours adaptées aux besoins du développement, surtout les facilités accordées aux multinationales et investisseurs étrangers (politiques fiscales accommodantes), les pays africains supportent encore le joug de la dépendance.

Dans un rapport publié par l’ONG Oxfam début juin 2015, il ressort qu’en 2010, des multinationales et autres investisseurs basés dans les pays du G7 ont privé l’Afrique de 6 milliards dollars de revenus fiscaux.

Miser sur la collecte de plus d’impôts devient alors capital sinon vital pour des pays qui vont devoir s’engager financièrement aux nouveaux défis du développement qu’imposent les changements climatiques.

Il est nécessaire aujourd’hui de s’engager à répondre plus efficacement aux problèmes de pauvreté et de famine, tout en veillant à améliorer la santé et l’éducation, bâtir des villes plus durables, combattre les changements climatiques et protéger les océans et les forêts.

Boureima LANKOANDE

Burkina24

Source : agenceecofin.com

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR