DIVIDENDE DÉMOGRAPHIQUE : 17,4 MILLIARDS DE F CFA AU PROFIT DU BURKINA

La Banque mondiale et le ministère burkinabè de l’économie et des finances ont procédé ce 21 mai 2015 à la signature d’un accord de financement d’une valeur de 17,4 milliards de F CFA. Cette convention, sous forme de prêt et de don, vise à financer le projet pour l’autonomisation des femmes et le dividende  démographique au Sahel.

Jean Gustave Sanon, ministre burkinabè des finances et Mercy M. Tembon, représentante résidente de la Banque mondiale, ont apposé, ce jeudi sous le coup de 12h,  leur signature sur un accord de financement d’une valeur de 34,8 millions de dollars, soit environ 17,4 milliards de F CFA.

Ce financement, composé de 23,2 millions de dollars US en prêt et de 11,6 millions de dollars US en don, vise à financer le projet pour l’autonomisation des femmes et le dividende démographique au Sahel.

Promesse. Mercy M. Tembon, dans son discours, a rappelé que Ban Ki-Moon, secrétaire général des Nations Unies, et Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, avaient fait la promesse de soutenir une « initiative régionale en faveur de la santé reproductive des femmes et de l’éducation des filles et à y  consacrer ainsi au moins 200 millions de dollars américains ».

Elle affirme ensuite que la Banque mondiale et l’ONU, avec l’appui technique du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) ont tenu cet engagement,  à travers la signature de cet accord, ce jeudi.

Le projet, dans sa globalité, concerne six pays du Sahel, en plus du Burkina, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Tchad et le  Niger et a pour objectif « d’améliorer l’accès des femmes et des adolescentes aux services de santé reproductive, maternelle et infantile dans les pays du Sahel et de la CEDEAO ».

Objectifs. Elle devra spécifiquement générer de la demande pour les services de santé liés à la femme et à l’enfant, accroitre l’autonomisation des femmes et des filles, améliorer l’offre des services de santé de la reproduction et renforcer « l’engagement politique et la capacité d’élaboration des politiques liées au dividende démographique ».

Mercy Tembon indique que ce projet permettra justement d’appuyer les efforts du gouvernement pour atteindre le dividende démographique.

La représentante de la Banque mondiale a souhaité « un engagement fort des autorités burkinabè pour atteindre rapidement la ratification du projet afin d’accélérer l’entrée en vigueur  du projet, du moins dans les délais impartis et pour assurer une mise en œuvre effective et efficace ».

Djénéba Sanou, secrétaire générale du ministère de la Santé, prenant la parole au nom de son ministre, a assuré que le « Burkina tiendra ses engagements » avant de remercier les partenaires pour la signature de cet accord.

Prévu pour durer cinq ans, le projet sera exécuté jusqu’en juin 2019 sous la tutelle technique du ministère de la santé.

Abdou ZOURE

Burkina24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR