LE BURKINA VEUT PARTICIPER AUX INSTANCES DE LA GOUVERNANCE MONDIALE DE L’INTERNET

Le ministère du développement de l’économie numérique et des postes organise, ce mardi 5 mai 2015 à Ouagadougou, une réunion d’information et de sensibilisation sur la transition du rôle de supervision des fonctions de « Internet Assigned Number Autority » (IANA) et le renforcement de la responsabilité de « ICANN », la société américaine qui s’occupe de l’attribution des noms de domaines et des adresses IP à travers le monde. Cette réunion était placée sous le patronage du Premier ministre, Yacouba Isaac Zida.

« Il est temps que l’Afrique cesse d’être consommatrice de l’internet. Internet, c’est vrai, c’est du business, mais c’est beaucoup plus que çà, c’est notamment le développement et la création d’emplois ».

C’est en ces termes que Pierre Dandjinou, le Vice-président pour le compte de l’Afrique, de la société privée mandatée par le gouvernement américain s’occupant de l’attribution des noms de domaines et adresses IP, « ICANN », estime la puissance d’Internet et ses nombreux avantages pour le continent.

C’était ce mardi 5 mai au Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) à Ouagadougou, lors de la réunion des différentes parties prenantes dans le domaine des TIC, rentrant dans le cadre de la campagne de sensibilisation et d’information sur la transition de l’IANA, une structure de ICANN chargée des fonctions de gestion des noms de domaines et des adresses IP.

Il sera question d’échanger sur les résultats de travaux d’environ huit mois du « Boston consulting Group » portant sur l’économie numérique et les perspectives.

Le Burkina connecté à Internet depuis 1996…

Selon Pierre Dandjinou, il y aura deux groupes de travail essentiels, l’un sur la transition de l’IANA et l’autre sur la redevabilité de l’ICANN visant à plaider pour un renforcement de la participation du Burkina aux instances de la gouvernance de l’internet et informer la communauté burkinabè sur la supervision des fonctions de l’IANA.

Il a rassuré que « le Burkina fait autant que les autres pays africains » en matière de gouvernance de l’Internet.

« Le Burkina est déjà dans la dynamique de la gouvernance multi-acteurs de l’internet et cette dynamique se verra renforcée avec la tenue annuelle de la formation des formateurs sur la gouvernance de l’Internet et des autres systèmes d’information que le pays va abriter les mois de juillet », a indiqué le ministre du développement de l’économie numérique et des postes, Nébila Amadou Yaro.

Tout en saluant le travail de coordination réalisé par ICANN pour l’unicité d’internet, il a affirmé qu’au sortir de cette réunion, une déclaration du gouvernement burkinabè sur la gouvernance de l’internet sera remise à l’ICANN dans les heures qui suivent.

Il a également rappelé que « c’est depuis décembre 1996 que le Burkina Faso est connecté à Internet ». Le Premier ministre, Yacouba Isaac Zida, pour sa part, souhaite que cela « soit effectif afin que le Burkina puisse s’assurer d’une utilisation sécurisée de l’internet ».

Noufou KINDO

Burkina24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR