UDIRBA : quand l’Eglise s’investit dans le commerce pour accomplir sa mission

Un tour à Bagrépôle le 20 février 2015 dans le cadre d’une sortie de production organisée par le réseau d’initiatives de journalistes en partenariat avec OXFAM,  nous a permis de découvrir l’Unité diocésaine  du riz de Bagré (UDIRBA).

C’est une usine de décorticage du riz installée dans cette zone à forte production rizicole appartient au diocèse de Koupéla qui s’est lancé dans l’activité depuis 2006 dans le souci non seulement d’accompagner le développement économique, mais aussi comme une activité rentable pour l’Eglise.

L’unité modernisée inaugurée le 23 janvier 2015, a une capacité de décorticage de 6 tonnes par heures. Le riz puddy va passer dans des élévateurs suivant un système sur 14 étapes, les unes aussi indispensables que les autres, de sorte qu’au bout de la chaîne, le riz sorti soit débarrassé de toute impureté.

Les grains de riz non mur, les cailloux et tout objet qui n’est blanc comme du riz, seront triés au cours du processus pour ne laisser passer les grains blancs, au conditionnement dans des sacs de 5, 25, 50 kilogrammes.

«Il y a quatorze élévateurs dans lesquels il y a des godets qui font remonter le riz, et au fur et à mesure du processus de décorticage, de tri, de lavage à pression sous l’ordre des coffrets de commande», a précisé l’Abbé Gautier Sanhouidi, gérant de l’usine.

Abbé Gautier Sanhouidi, gérant de l’usine UDIRBA

Abbé Gautier Sanhouidi, gérant de l’usine UDIRBA

Il s’agit selon lui, à partir de cette société légalement constituée de permettre à son diocèse de continuer à accomplir son œuvre de façon autonome.

«Ces dernières années, les aides (venant de l’Europe pour les missions de l’Eglise catholique) ont beaucoup baissé. Pour donner, il faut avoir la foi, or la foi même baisse en Europe. Comme le Pape l’a dit à Kampala, il faut que les Africains apprennent à être leurs propres missionnaires, il faut que nous-mêmes apprenons à compter sur nos propres forces», a souligné Gautier Sanhouidi.

C’est cette route que le diocèse de Koupéla est en train d’emprunter et va profiter des bénéfices et retombées de l’usine afin de prendre en charge les dépenses de l’Eglise.

L’installation de l’usine UDIRBA, toutes composantes comprises a coûté la bagatelle de 225 millions de francs CFA. Elle a un rendement de 57 à 64 % de l’entrée du riz puddy à la première étape jusqu’à la 14e étape du processus de décorticage. Ce rendement varie en fonction de la qualité du riz à décorticage.

«Nous pouvons décortiquer  jusqu’à 60 tonnes par jour en fonction du temps de travail, tributaire de la disponibilité de l’électricité ; comme vous le constatez, il y a coupure d’électricité actuellement».

UDIRBA décortique 6 tonnes de riz par heure

UDIRBA décortique 6 tonnes de riz par heure

UDIRBA plus est la dénomination actuelle de l’usine, car l’usine existe depuis 2006 sous une ancienne forme avec du matériel limité et avec bien sûr des rendements proportionnels. Au regard de l’évolution de l’entreprise, le regard est désormais tourné vers le marché.

«Les clients d’UDIRBA plus, sont les commerçants détaillants à Tenkodogo, à Koupéla et à Ouagadougou. Nous sommes actuellement en train de prospecter et d’élargir les autres possibilités. Vous savez que l’Etat achète beaucoup le riz à travers la SONAGESS, pour les cantines scolaires et les hôpitaux, et nous espérons bientôt qu’il fera partie de nos clients», a déclaré le gérant.

Avec la tonne à 340 000, le sac de 50 kilo à 17 000, le sac de 25 kilos à 8 500, le sachet de 5 kilo à 2 000 f CFA, l’entreprise dit parvenir à vendre son riz mais pas à 100% ; «Nous souhaitons que l’écoulement prenne un rythme beaucoup plus rapide».

Au milieu d’autres petites structures de décorticage, UDIRBA tire bien son épingle du jeu. Selon, l’abbé Sanhouidi, l’usine emploie 30 personnes en temps normal et s’approvisionne en riz puddy avec 40 à 60 différentes personnes par jour en temps plein d’achat, entre décembre et février.

Tout compte fait, l’installation d’UDIRBA contribue, au-delà de son aspect commercial diocésain, à créer quelques emplois, à la mise en œuvre du projet Bagrépôle à travers la transformation du riz. UDIRBA est aussi une société et comme tel participe au développement du pays.

Boureima LANKOANDE

Burkina24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR