MANIFESTATIONS À TRUE GOLD/NAMISSIGUIMA : ENVIRON 2 À 4 MILLIARDS F CFA DE PERTES

Les 14 et 16 janviers 2015, la société canadienne d’exploitation aurifère « True Gold Mining », implantée dans la Commune de Namissiguima (Région du Nord), malgré son permis d’exploitation, a vu une grande partie de ses équipements et installations partir en fumée suite à la colère de plusieurs milliers de manifestants. Le gouvernement, évaluant les dégâts à plus de 2 milliards de FCFA, compte toutefois se rapprocher davantage des populations afin de trouver rapidement un terrain d’entente.

Il a été accordé à la société de droit burkinabè, « Riverstone Karma SA » de True Gold Mining, un permis d’exploitation industrielle de grande mine d’or par décret en date du 31 décembre 2013 suite à une demande formulée depuis le 21 février 2012.

L’octroi de ce permis, selon le Secrétaire Général du ministère des Mines et de l’énergie, Emmanuel Nonyarma, ce mardi 20 janvier 2015 lors d’une conférence de presse, a suivi toutes les procédures administratives et légales prescrites par le Code minier et la préservation de l’environnement.

Mais le principal problème ici est relatif à l’impact de cette mine sur le village de Ramatoulaye et surtout la mosquée située non loin de l’exploitation.

Les populations environnantes, se basant sur des informations que le SG du ministère des Mines qualifie d’ailleurs d’infondées, craignent l’existence d’un gisement important sous la mosquée et que la mine en ferait une galerie pour extraire ce dernier.

Cependant, Emmanuel Nonyarma « rassure tous les musulmans et particulièrement ceux de la Tidjania, que rien n’arrivera et ne peut arriver à la mosquée qui est un lieu divin et sacré ».

Poursuivre la communication avec les populations…

Bien avant les manifestations et dès l’apparition du problème, plusieurs cadres de concertation, démarches d’explication et de conciliation des positions entre la mine et les populations ont été initiées, mais sans résultats satisfaisants.

« Malheureusement, la situation a dégénéré avec des dégâts matériels surtout au niveau de la mine et évalués provisoirement entre 2 et 4 milliards de FCFA, des destructions de domiciles et de biens », a déploré M. Nonyarma accompagné du Gouverneur de la Région du Nord, Hassane Sawadogo et du DG des Mines et de la Géologie, Pascal Diendéré.

En effet, des caterpillars, bulldozers, camions, grues, dumpers, groupes électrogènes, des biens publics et plusieurs autres matériels ont été incendiés par les manifestants.

A la faveur des Forces de sécurité déployées sur les lieux, le calme serait revenu à Namissiguima et à Ramatoulaye.

Malgré tout, le gouvernement compte à nouveau poursuivre les échanges en vue de trouver rapidement un terrain d’entente entre la mine, les populations, l’Etat et favorable à tous.

« Pour le moment, nous avons demandé à la mine de suspendre les travaux de construction. Nous allons nous rapprocher de la population et on regardera avec eux, comment on peut trouver une solution », a indiqué le SG du ministère des Mines et de l’énergie, Emmanuel Nonyarma.

Noufou KINDO

Burkina24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR