Burkina Faso: alerte sur des billets de banque tachetés et non autorises dans les échanges commerciaux

Le commissaire de police, Commandant de la Brigade anti-criminalité du Burkina (BAC), Patrice Yéyé a animé un point de presse ce mardi 16 septembre 2014 à Ouagadougou, pour alerter la population que « les billets tachetés ne sont pas autorisés ni acceptés dans les échanges commerciaux ».

Des billets de banque tachetés d’un encre indélébile généralement de couleur bleue suscitaient des interrogations au sein de la population burkinabè, depuis un certain temps.

La Brigade anti-criminalité (BAC), suite à ce constat, a entrepris des investigations afin d’éclairer cette histoire de « vrais billets de banque », ses origines et surtout leur place sur le marché burkinabè.

Les recherches se poursuivent. Mais d’ores et déjà, la Police nationale de tirer la sonnette d’alarme sur le fait que « ces billets ne sont pas autorisés au Burkina, ni par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), ni dans les transactions commerciales ». C’est l’information donnée par le commissaire de police, Commandant de la BAC, Patrice Yéyé.

Il a en outre annoncé que deux individus, tous de nationalité burkinabè habitant le quartier Karpala (Secteur 30 de Ouagadougou), ont été interpellés par la BAC dans la nuit du 09 au 10 septembre passé.

« La BAC a réussi à intercepter entre leurs mains, 13 passeports burkinabè et une somme de 3.120.000 FCFA en coupures de dix milles francs, tous tachetés d’encre indélébiles », a-t-il ajouté.

Et que, « incapables de donner une réponse cohérente sur l’origine, l’authenticité et la destination desdits billets de banque, les mis en cause ont été gardés en vue pour nécessités d’enquête ».

De possibles remboursements mais pas systématiquement…

Poursuivant les investigations, une réquisition, d’après le Commandant de la BAC, a été adressée à la BCEAO avec un échantillon des billets tachetés afin d’attester ou d’infirmer leur authenticité.

« C’est à ce sujet, pour l’heure, que la BCEAO nous a indiqué qu’elle ne reconnait pas ces billets tachetés comme étant des billets autorisés et acceptés dans les échanges commerciaux », a-t-il fait savoir.

Il a par ailleurs indiqué qu’à travers des procédures bancaires dans différents établissements financiers, « ces billets non utilisables sont remboursables, mais pas systématiquement ».

En attendant les conclusions des investigations entamées, entre autres, par les Forces de sécurité et la BCEAO, les populations sont invitées à renforcer la collaboration en communicant aux Forces de sécurité, toutes informations relatives à ces billets de banque tachetés.

Quant aux individus interpellés, outre la détention de billets de banque d’origine douteuse, des investigations complémentaires font, selon le Commandant, d’ores et déjà peser à leur encontre des présomptions de faux et usage de faux en écriture publique, d’escroquerie et d’usurpation de titre.

Le 10 10, le 16 et le 17 sont des numéros verts des Forces de l’ordre au Burkina.

Noufou KINDO

Burkina24

Un commentaire

Repondre a l'Article

*

*

  • L’ermite
    17 septembre 2014 at 14 h 50 min - Reply

    Cela veut-il dire que ces billets ou, au moins une partie des billets en dehors de ceux saisis, sont déjà en circulation. La réponse de la BCEAO n’est pas convaincante: s’agit-il de ses coupures ou pas?

  • ARTICLE POPULAIR